Tu es agressif

Notre dernier stimulus était « tu dis que tu as un côté guerrier pour ne pas dire agressive ? »

Voici les besoins sous-jacents…

Le contexte

Voici le dialogue rapporté :

A : une énergéticienne m’a dit que j’avais un côté guerrière.

B : tu dis ça pour ne pas dire agressive.

Les besoins

A : Tu trouves que je suis agressive ?

G : Aurais-tu besoin d’empathie et d’être acceptée comme tu es ?

G : de clarté ?

A : oui, j’aimerais bien savoir si tu penses que je suis agressive.

G : hier, tu m’as dit que… alors que j’avais besoin d’empathie… et c’est pour cela que… Et sois consciente que ma réaction n’a rien à voir avec toi. C’est parce que j’avais besoin d’empathie et je n’ai pas réussi à tel le dire. Et comment c’est pour toi ?

A : je te remercie pour cette clarté et cela m’aide à avancer, à comprendre les relations et cela fait du bien à notre relation. Je te remercie pour ta sincérité.

Les réponses possibles

Voici une réponse adéquate…

Si j’ai bien compris, tu avais besoin d’empathie ?

Suivi de « et maintenant, que puis-je faire pour toi ? »

Et la réponse fut « rien de plus, cela m’a suffit car cela a clarifié ce qui s’est passé en moi ».

Voici nos besoins :

Il peut arriver que, pour remplir le besoin de préserver son temps, vous n’ayez pas envie de poursuivre la conversation avec quelqu’un qui vous dit que vous êtes agressif.

En conclusion : clarté à tous les étages

Nos deux protagonistes ont besoin de clarté, de l’intention pour le récepteur et de clarté intérieure, de connexion à soi pour le chacal. Il pense que la personne est responsable de son état alors que ce n’est pas le cas et il se « déconnecte » de lui-même.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 × 30 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.