Non merci

Nous avons expérimenté le « oui » derrière le « non » de Marshall dans notre groupe de pratique de Communication NonViolente.

Et voici le résultat.

« Non merci ! »

Voici les phrases stimuli et les besoins associés :

« Joyeux Noël et voici un livre sur le ukulélé » Non merci !

La réponse chacal « Non merci, j’en ai plein chez moi et je suis sûr que ton bouquin va être nul » ou la réponse girafe « j’aurais aimé que tu me demandes mon avis » renvoient à un besoin de… créativité, d’avoir du plaisir à chercher ensemble un cadeau qui te donnerait du plaisir à offrir et moi du plaisir à recevoir.

« Je t’ai offert des fleurs » Non merci !

« Car je déménage et je ne saurais pas quoi en faire ». Le besoin de légèreté sous-tend éventuellement un besoin de paix et de sérénité, de ne pas s’encombrer.

« Voici le livre des 25 meilleures randonnées autour de Paris » Non merci !

J’aurais préféré un livre pour me cultiver. Besoin d’apprentissage.

« Je t’ai acheté des gants tactiles ». Non merci !

« Je n’en ai aucune utilité, je ne fais pas de ski » renvoie à un besoin de légèreté, de place, d’utilité, de clarté de l’objectif (des gants)….

« Je t’ai préparé des truffes au chocolat » Non merci

La réponse « Je me sens envahie par ton cadeau » renvoie à un besoin d’autonomie et éventuellement d’équilibre, conscient d’avoir à rendre la pareille.

« J’ai passé trois heures à te préparer ces tartes au citron ». Non merci.

La réponse « Je ne sais pas si je les apprécierai » à renvoyé à un besoin de légèreté.

En résumé : légèreté et équilibre

Le besoin de légèreté est souvent invoqué. Le receveur peut dire non pour ne rien devoir, étant dans une dynamique de sauveur qui ne veut rien devoir, se sentant « supérieure » aux autres. Elle peut dire non pour ne pas avoir à donner afin de respecter un besoin d’équilibre.

Distinguez aussi quand le non est unique ou répété. Un « non » unique, surtout quand il est suivi de merci, indique un ou plusieurs besoins à remplir. Un « non » en rafale indique plutôt une dynamique de victime qui fait des objections, qui dit non à elle-même et à la vie.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 ⁄ 2 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.