Comment rester connecté à autrui ?

Supposons qu’un être humain vous dise… « hier soir, j’ai vu un chat noir… », comment réagissez-vous ?

Si vous restez dans l’instant présent, à ce que la personne vit, vous restez connecté, sinon, vous vous… déconnectez. Attention, ce n’est pas facile. Voici un quiz sur les différentes réponses possibles. Faites le test…

Il avait les yeux bleus ?



Mon chat est noir aussi et je l'aime bien.



Tu devrais changer tes lunettes.



Ce n'est pas très grave.



Cela me rappelle l'histoire du chat du Cheshire d'Alice. Tu connais ?



C'est pas vrai !



Les chats noirs sont des messagers du démon.



Tu veux dire hier à midi ?



Oh, mon pauvre....



Tu es encore touché ?





Qu’en pensez-vous ? Laissez-moi de vos nouvelles…

9 réflexions au sujet de « Comment rester connecté à autrui ? »

  1. J’ai trouve ce quiz assez interessant. Il m’aide a m’entrainer dans mavcommunication avec les autres en restant connecte avec ce qu’il me dit

  2. Tu veux dire hier à midi ?
    me semble être une demande de précision plus qu’une correction, d’autant qu’il y a un ?
    Autrement je suis enchantée de m’entrainer avec vos quiz qui me permettent de préciser ma pensée et surtout mes sentiments.

  3. Les demandes de précisions peuvent être vécue comme violentes. Que ce soit pour connaître la couleur des yeux ou le moment de la journée. J’essaie d’exprimer ma peur ou mon inquiétude (ou ma joie d’ailleurs, le contexte ne le dit pas), et je me retrouve à un interrogatoire. Pas apaisant du tout à mon goût. Et je me désintéresse de l’autre, puisqu’il ne s’intéresse pas à moi. En tout cas c’est comme ça que je le ressens. Ça ne tient qu’à moi?
    Merci pour ce test, ça clarifie pas mal de choses.

    • Les questions sont violentes quand elles ne précisent pas l’objectif ou quand la connexion est absente. Avec la pratique, en ayant des pistes sur le besoin de la personne qui pose la question, votre image « ennemie » changera et vous arriverez à être cool et à avoir de l’empathie pour le questionneur qui, pris dans son besoin pressant, « ne s’intéresse pas à moi ». Vous connaissez la définition d’un égoïste ? C’est quelqu’un qui ne s’intéresse pas à moi….

  4. Peut-être bien que l’intention/l’objectif des questions est de maintenir le lien. De montrer qu’on s’intéresse. Maladroitement, certes. Mais la peur de renvoyer à l’autre une image d’ennui ou de désintérêt si on reste silencieux est une pensée fréquente, je crois. J’ai vu dans un de vos articles que vous placez la réaction « interroger » comme la plus fréquente. Est ce simplement une stratégie pour un besoin de connexion/lien?

    • Je ne pense pas qu’interroger soit toujours un besoin de connexion. Qui questionne dirige et il peut y avoir un besoin de se sentir en vie en prenant l’ascendant sur quelqu’un ou un besoin de préserver son temps si l’on ne veut pas perdre de temps en salamalecs….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 × 22 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.